Exposés à un médicament, les poissons sont moins sociaux et plus voraces

basé sur Kate Yandell pour The Scientist, 14/02/2013

image

En provenance d’effluents urbains ou agricoles, les médicaments que nous consommons se retrouvent dans les eaux souterraines et de surface car les stations d’épuration actuelles ne sont pas encore capables d’éliminer ce genre de produits. Si de nombreuses études ont déjà prouvé l’effet de ces composés sur la physiologie et l’anatomie des poissons tant aux niveaux moléculaire (protéines biomarqueurs) que somatique (indices de masse), il existe encore peu d’études montrant qu’une exposition à de telles substances induit des changements comportementaux.

Pour tenter d’en savoir plus sur ce sujet, des chercheurs ont exposé des perches pendant 7 jours à l’oxazepam, un psychoactif de la famille des benzodiazepines, à des concentrations réalistes (détectées dans la nature) de respectivement 1.8 et 910 microgrammes par litre. Ils ont ensuite regardé les différences de comportement entre ces perches exposées, et d’autres perches témoins mises dans les mêmes conditions d’expérimentation.

RÉSULTATS

Comparées aux perches témoins, les perches exposées à l’oxazepam passaient significativement plus de temps à nager dans leur bassin. Elles étaient aussi plus rapides pour trouver et manger le zooplancton introduit dans leur bassin ; en revanche, elles ont montré un intérêt réduit pour leurs congénères. De plus, les perches exposées à la concentration la plus élevée d’oxazepam étaient plus audacieux que les autres (volonté d’être confronté à de nouvelles situations accrue).

CONSÉQUENCES ÉCOLOGIQUES

Un tel effet de ces changements de comportement pourrait avoir de multiples conséquences écologiques, comme par exemple une prolifération algale due à une consommation accrue du zooplancton (le prédateur direct des algues). D’autre part, chez les poissons, un comportement hyperactif et asocial pourrait causer une augmentation du risque de prédation. Mais tout ceci reste une supposition car l’expérience a été menée en laboratoire. De nombreux facteurs sont à prendre en compte dans l’environnement : le comportement des poissons est susceptible d’être modifié par la présence de prédateurs, l’oxazepam peut aussi interférer avec un cocktail d’autres molécules présentes dans le milieu.

Cette étude rappelle une étude de 2009 qui montrait qu’une exposition à un œstrogène (éthinylestradiol), un perturbateur endrocrinien utilisé dans les pilules contraceptives entraînait une modification du comportement sexuel chez les gobies mâles et une diminution du succès reproducteur. Les auteurs avaient également mis en évidence que le comportement avait été affecté avant même que les marqueurs traditionnels ne soient détectés dans l’organisme, faisant du comportement un biomarqueur à privilégier à ces concentrations réalistes.

Sources

  • Brodin et al., Dilute Concentrations of a Psychiatric Drug Alter Behavior of Fish from Natural Populations, Science, 339:814-5, February 14, 2013.
  • Saristo M., Craft J. A., Lehtonen K. K., Lindström K.,Sand goby (Pomatoschistus minutus) males exposed to an endocrine disrupting chemical fail in nest and mate competition, Hormones and Behaviour 56:315-321, 2009
  • crédit photo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *