La Voie Lactée, boussole des bousiers

image

   Chez ce coléoptère coprophage originaire d’Afrique, le sens de l’orientation est crucial pour s’éloigner de la « décharge municipale » en roulant sa motte de déjections pour festoyer en paix, loin des assauts potentiels de ses congénères. Il y a 10 ans, Marie Dacke (de l’université de Lund en Suède) et ses collaborateurs avaient découvert que certains de ces insectes s’aident de la polarisation de la lumière lunaire pour se diriger. Mais comment font-ils les jours sans lune ?

   Dacke a enfin réussi à répondre à cette question. Elle a réalisé une expérience dans laquelle elle observait la trajectoire de ces bousiers dans une boîte remplie de sable. Lorsqu’ils étaient affublés d’un petit chapeau de carton les empêchant de voir les étoiles, ils effectuaient des cercles tordus au lieu de suivre une trajectoire rectiligne.

   C’est la première fois qu’une telle hypothèse est démontrée chez des insectes. Les minuscules yeux de ces coléoptères ne sont probablement pas assez perçants pour distinguer les étoiles les unes des autres (dans un planétarium où brillaient 18 étoiles dans le ciel, ces insectes se perdaient). Mais la trace lumineuse de la Voie Lactée semble suffisante pour pouvoir leur permettre de suivre une trajectoire rectiligne. Comme l’a si bien dit Euclide, la ligne droite est le plus court chemin d’une bouse à une autre !

Sources

D’après Christopher Intagliata, Dung Beetles Use Milky Way to Guide Movement (Heh), Scientific American, 24/01/2013

Marie Dacke, Emily Baird, Marcus Byrne, Clarke H. Scholtz, Eric J. Warrant, Dung Beetles Use the Milky Way for Orientation, Current Biology, 2013

Crédit photo : http://t1.gstatic.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *