Des centaines de poissons morts rejetés sur les côtes américaines

Jeudi dernier, entre 30 000 et 40 000 poissons menhaden (de la famille des harengs) ont été retrouvés échoués sur une plage de Caroline du Sud, et tout laisse à croire que plusieurs autres centaines de poissons morts viendront rejoindre leurs petits amis sur le sable d’ici quelques jours. La semaine dernière déjà, des centaines de milliers de ces poissons de petite taille à la chair oléagineuse avaient été retrouvés près de l’île Masonboro, en Caroline du Nord.

WMBFNews.com, Myrtle Beach/Florence SC, Weather

d’après Cavan Sieczkowski pour le Huffington Post, 18/01/2013 et Gregg Holshouser pour The Sun News, 17/01/2013

Menhaden : qui es-tu ?

Le menhaden de l’Atlantique (de son petit nom Brevoortia tyrannus) est un poisson argenté herbivore qui se nourrit de plancton en filtrant l’eau de mer. Il joue un rôle clé au sein de son écosystème, en tant que maillon bas de la chaîne trophique (il est la proie de nombreux poissons tels que la morue, l’aiglefin, le flétan, le maquereau, l’espadon et le thon) et contrôleur naturel du risque d’efflorescences algales.(1) Il est pêché à des fins d’alimentation animale, de fabrication d’huiles ou de cosmétiques, de peinture ou de compléments alimentaires.(2)

Pourquoi une telle hécatombe ?

Mercredi dernier, Mel Bell, le directeur de l’Office de Management des Pêcheries du Département des Ressources Naturelles (DNR) avait tenté d’expliquer cette hécatombe halieutique par une succession de réactions en chaîne. A cette époque de l’année, les poissons menhaden se réfugient massivement dans des trous d’eau comme il en existe au large de la Caroline. Or, vendredi dernier, la nouvelle lune aurait causé d’importants effets de marée. Selon la théorie de Bell, la marée basse aurait isolé un de ces trous d’eau du reste de la mer, y confinant un large banc de menhaden qui y avait élu domicile et y empêchant le renouvellement de l’eau. La respiration très importante des poissons aurait rapidement réduit la concentration en dioxygène dissous dans l’eau, selon un phénomène appelé hypoxie. Une fois le seuil critique franchi, ces poissons peu tolérants à une faible oxygénation de l’eau n’auraient pas pu survivre et seraient morts par suffocation. Une hypothèse qui aurait cependant été écartée quelques jours plus tard, ainsi que deux autres facteurs traditionnellement pris en compte, à savoir les blooms planctoniques (proliférations algales) et les températures plus froides que les normales de saison.

Le mystère reste donc entier. Cette affaire d’échouage massif de poissons sur les côtes n’est pas sans rappeler celles qui ont fait la une en 2011 un peu partout dans le monde. De tels phénomènes ont également eu lieu en 2012, comme ces centaines de calmars retrouvés sur des plages californiennes en décembre dernier. Néanmoins, quelle qu’en soit la cause, ce genre de perturbation ne mettra pas en danger la pérennité de cet écosystème. Comme l’a ainsi dit Bell, « De telles choses arrivent. Les crabes vont être contents, les mouettes aussi. […] Les menhaden seront recyclés dans l’écosystème. »

Sources :

http://www.huffingtonpost.com/2013/01/18/thousands-of-dead-fish-wash-ashore-south-carolina_n_2502438.html?ncid=edlinkusaolp00000003

http://www.myrtlebeachonline.com/2013/01/16/3277485/answers-sought-in-fish-kill-near.html

(1) H. Bruce Franklin, « Net Losses: Declaring War on the Menhaden », Mother Jones, mars 2006 (via Wikipedia)

(2) http://aquaculture-aquablog.blogspot.fr/2011/10/usa-peche-minotiere-menhaden-petition.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *